Trail de Bourbon 2014 – 93 kms / 5600 m D+, récit de Patrick PONCIN

Publié le par Patrick PONCIN

Arrivé le 13 octobre à l’ile de la Réunion j’étais invité par une amie à une reconnaissance de nuit des 30 derniers kilomètres du trail Bourbon. Le départ est fixé à 19h00 du chemin Ratineau. Nous partons reposés, mais à ce point de départ, 63 kms auront été accomplis. Palmira, qui m’accompagne a terminé le Grand Raid l’année dernière et connaît bien le parcours. Ses conseils se sont révélés très utiles, notamment sur le sentier Anglais, techniquement difficile et éprouvant pour les chevilles.
     Une semaine plus tard, nous nous retrouvons à Cilaos avec Daniel Bonnefis. Pour nous, aucun entrainement programmé  à 2 jours du départ. Du repos et un soin particulier à notre alimentation, les bières sont en standby ! La veille, les restaurants de Cilaos s’associent en proposant des menus « spécial Raid ».
     Nous programmons notre réveil autour de 01h30 du matin pour un départ de course à 04h00 précises.
Sur la ligne, frontales allumées, 1500 coureurs. Nous savons qu’à l’issue des 9 premiers kilomètres vallonnés, ce sera l’embouteillage pour l’escalade du Coteau Kerveguen. Il ne s’agit pas de partir trop vite car 1100m de D+ nous attendent pour arriver au gîte du Piton des Neiges à 2478m. Daniel est devant, mais j’ignore à quelle distance. Je ne le rejoindrai qu’au PC d’Hell Bourg pour le ravitaillement.
     Cette première partie fut agréable, si on fait abstraction de la partie boueuse de la forêt de Belouve. En raison de la modification du parcours du Grand Raid, obligeant les raiders à emprunter une partie du profil du Bourbon. C’est donc plus de 3000 coureurs qui ont « pataugé » dans la boue !
     Nous repartons en direction du Col de Fourche avec quelques bonnes côtes bien raides. Nous quitterons le cirque de Salazie pour celui de Mafate (quelle merveille) ! Au lieu dit « Mare d’Affouches », Daniel accuse un ralentissement, mais semble  en bonne forme. Décision est prise de nous retrouver en haut de Dos d’Ane. C’était parti pour une course en solitaire ponctuée par la rencontre de quelques compagnons de route. Communion réelle bien que silencieuse, toujours réconfortante pour le moral.
     J’avais prévu une arrivée à Deux Bras autour de 18h00, soit à la tombée de la nuit. La frontale était allumée 1 heure avant mon arrivée au PC à 19h00. Mon sac d’assistance avait été convoyé par l’organisation. Deux Bras est une étape importante qui permet de se changer et de refaire le plein de « nourriture ».
     
30’ plus tard, je repars « au propre » … on attaque sans transition par un 700m D+ jusqu’à Dos d’Ane. Depuis mon départ de Cilaos, je m’efforce de gérer au mieux mon hydratation et mon alimentation, sans faim ni soif. Mais c’est payant : aucun problème musculaire, pas de crampe en vue ! Mes chaussures sont parfaitement rôdées, ni ampoule ou douleur. Je n’hésite pas à m’arrêter pour retirer le moindre gravillon qui aurait pu s’avérer blessant. La montée sur Dos d’Ane est rude et interminable. Tout va pour le mieux.
     J’arrive au sommet et quitte le cirque de Mafate presqu’avec regret, sans doute un des plus beaux endroits de la planète. J’appelle Daniel sur son portable… Nous avions convenu de nous attendre, si notre écart n’était pas trop important, pour terminer ensemble. Mais pour toute réponse : un répondeur.  Je reprends donc la route … La seule montée m’a fait consommer mes 2,5 litres d’eau et je suis à sec. Le prochain PC est à 4,5 kms. Grace à la gentillesse de supporters venus encourager à 22h00, je recharge 1litre et demi d’eau.
     Je me retrouve sur la portion que nous avions faite en « reco » avec Palmira et je sais, à peu près, ce qu’il me reste à faire.
Le 1er signe de fatigue est apparu en abordant la 1ère côte du sentier des Anglais. Un besoin irrépressible de dormir, accompagné d’une baisse significative de mon allure. Je décide de m’arrêter pour dormir 20’.  Je programme 2 alarmes pour éviter de sombrer dans le « coma ». En vérité, ces 20’ furent inutiles car je n’ai pas réussi à trouver le sommeil.
     Arrivé péniblement au PC de la Grande Chaloupe, après avoir avalé une soupe bouillante, je m’allonge 5’ sur un banc étroit et m’endors profondément. Ces 5’ suffirent pour que je retrouve de l’énergie. Le corps humain est une « machine » extraordinaire !
     Une fois à Colorado, c’est une dernière descente de 600m D- jusqu’à l’arrivée à la redoute. Cette partie est très technique et je reste prudent sur mes appuis. Ce serait bête de se blesser si près du but. Je me laisse dépasser par de nombreux coureurs bien plus aguerris. Un dernier arrêt pour endosser le T-shirt de l’organisation et enfin le bonheur de franchir la ligne, sans blessure ni douleur !
28h 17’ dont 5’ de sommeil.
     Je m’allonge sur l’herbe du stade en attendant Daniel … Palmira et Hervé, son mari, m’ont repéré et je tente de me lever, mais je me recouche aussitôt, terrassé par le sommeil. Il me faudra 30’ pour récupérer … Une douche, un bon lit et c’était reparti pour un bon repas le soir, avec tous les « caldoches » raiders et autres calédoniens installés à la Réunion.
     Daniel, pourtant en pleine forme a été contraint à faire demi tour sur Hell Bourg, victime d’une « Gastro » des plus sérieuses … Je passe sur les détails ! Il est bien sûr déçu, j’ai aussi connu ça il y a 2 ans, mais ce n’est pas grave, ce fut un plaisir de vivre cette aventure avec toi. Next time my friend ! Ce n’est jamais gagné d’avance.
Bravo à Pierre-Henri Leques et Ghislain Conan pour leur performance sur le Grand Raid. Bravo aussi à Eric et Noël Douyère sur le Grand Raid, mais qui n’ont pas eu de chance sur la barrière horaire de Cilaos, alors qu’ils étaient en pleine condition. Pour finir, bravo Daniel, tu as pris une sage décision en faisant demi tour car une fois dans Mafate, c’est no way en cas de problème, tu as bien géré … de toutes façons, on remet ça l’année prochaine.
     Un grand merci à Palmira et Hervé qui ont toujours été présents et d’un soutien sans faille. Merci à tous ceux qui nous ont encouragés, Odile, Marie-Jo, Josiane etc. … Ah la la … j’allais oublié l’ancêtre et tous ses amis Réunionnais,… Mario et d’autres … Même à la Réunion c’est une légende ! Merci à toi Dédé !
     Sans oublier bien sûr, Thierry, notre coach préféré …
     Allez Daniel, prépare tes « groles » pour l’année prochaine, on a du pain sur la planche.
Trail de Bourbon 2014 – 93 kms / 5600 m D+, récit de Patrick PONCIN
Trail de Bourbon 2014 – 93 kms / 5600 m D+, récit de Patrick PONCIN

Commenter cet article

chipeaux 20/11/2014 02:08

à te lire , on a vraiment envie d'y participer . encore un grand bravo pour ton resutat , sans oublier daniel qui je n'en doute pas un seul instant ne restera pas sur ce regret .au plaisir de vous revoir à la promenade , amitie.
josy