Le Stress

Publié le par Thierry

stress.jpg     Certains le qualifient comme étant le mal de notre siècle. Le stress, personne n'y échappe. Travail, pression sociétale, agressivité ambiante, notre organisme et surtout notre psychisme sont perturbés par ce climat hostile quotidien, les stresseurs. Seul moyen : se défendre.


Système d'adaptation

    Utilisé à tort et à travers, le stress est un terme galvaudé. Il n'est en rien un agent agresseur de notre organisme ; bien au contraire, il est la réponse adaptative de notre corps aux agressions physiques et psychiques.

 

    En résumé, il nous permet de nous préparer à une situation d'urgence et donc à réagir en conséquence. Les spécialistes le qualifient de syndrome général d'adaptation (SGA). Le stress déclenche des réactions physiologiques qui permettent de maintenir un équilibre interne de notre corps, l'homéostasie, quelque soit le contexte extérieur.

 

Le stress est vital pour l'évolution de l'homme.

 

Là où il devient pathologique et destructeur, c'est lorsque nous ne sommes plus à même de faire la distinction entre une menace réelle et de simples petits tracas.

Alerte déclanchée
 

    Le stress qualifié de normal permet à un individu de se dépasser physiquement et psychologiquement, pour faire face à une situation de défi. On parle dans ce cas de stress positif, un genre de stimulateur.

D'un point de vue purement physiologique, les stimuli extérieurs activent le système nerveux sympathique. Il agit sur plusieurs fonctions de notre organisme comme le cœur, la respiration, le métabolisme. Face à une situation stressante, le cœur s'accélère, la respiration est plus saccadée.
    Qui en est responsable ? L'adrénaline. Cette hormone secrétée par les glandes médullosurrénales (partie médiane des glandes surrénales, organes situées au-dessus des reins) contracte les muscles cardiaques, respiratoires et accélère le transport du sang. A quoi cela sert-il ? Nous préparer à agir. Il s'agit d'une mise en condition.
    Le métabolisme est également mis à contribution. La concentration de glucose dans le sang, la glycémie, est augmentée sensiblement pour faire face aux besoins énergétiques de notre corps s'il doit fournir un effort. Le système sympathique stimule la sécrétion de glucocorticoïdes par les glandes corticosurrénales (partie périphérique des glandes surrénales) qui agit ainsi sur la glycémie.

Cet état d'alerte n'est que ponctuel et notre corps tombe dans une phase de relaxation avant d'être confronté de nouveau à une situation urgente.

Compensation graduelle
 

    Parfois, nous avons beaucoup de mal à évacuer le stress accumulé. Les phases de repos entre deux événements anxieux s'estompent. Cette réaction est liée à la concentration massive d'adrénaline dans notre sang mais également à la sécrétion d'une hormone, le cortisol, par notre système endocrinien (système qui synthétise les hormones comme l'hypophyse dans le cerveau).

Les systèmes sympathique et endocrinien se couplent pour pallier les effets croissants des agressions extérieures"

 

Il intervient dans l'espoir de compenser les effets du stress. Le cortisol est secrété longuement environ cinq à trente minutes (contrairement à l'adrénaline dont l'activité dure moins de deux minutes). Sa mission : stimuler la formation de sucres pour apporter l'énergie nécessaire à notre corps. Cette fonction explique pourquoi pendant ces phases stressantes, l'homme a tendance à prendre du poids plutôt que d'en perdre.
L'adrénaline agit également. Ces deux hormones ont pour objectif de maintenir l'homéostasie, équilibre physiologique interne, face aux contraintes extérieures.

Trouble pathologique
 

    Cette belle machine a ses limites. Elle possède un seuil de tolérance que l'on doit éviter de franchir pour que le corps ne s'épuise pas. La société étant ce qu'elle est actuellement, bon nombre de gens souffrent de troubles psychologiques. Le corps n'arrive plus à décompresser. Il est en état d'urgence en permanence ce qui a des répercussions au niveau psychique. L'individu perd toute objectivité et esprit d'analyse face à une situation. La personne souffre souvent de dépression et d'épuisement physique.JOGGING3.jpg



« Le sport reste un excellent moyen de faire face au stress ! »

Publié dans Divers

Commenter cet article