La Marche ou Course Arrière

Publié le par Thierry

Par les Professeurs Barry Bates & Janet Dufek de l'université de l'Orégon.

      Les humains apprennent à marcher et courir vers l'avant avec peu de difficultés. C'est par nature logique puisque notre champ de vision est dirigé vers l'avant. Qu'en est-il du déplacement dans la direction opposée, c'est à dire, marcher ou courir à l'arrière ?

Quel(s) bienfait(s), s'il y en a, peut offrir la locomotion arrière ?

Comparaisons Biomécaniques:

      Lorsqu'on compare les efforts physiques de la course arrière et avant, les coureurs perçoivent typiquement les mêmes efforts pendant la course arrière à des vitesses d'environ 80% de celles en course avant.

On ne peut pas courir aussi vite à l'arrière qu'à l'avant en raison de certaines contraintes anatomiques qui limitent les mouvements de flexion/extension des membres inférieurs.

De plus, à des vitesses égales de course, la foulée est généralement plus longue en course avant bien que la fréquence de foulée est plus élevée en course arrière

En comparant la course avant et arrière, on voit qu'en course arrière, il s'ensuit :

 - Une position plus droite (moins d'inclinaison du tronc) qu'en course avant,

- Une augmentation en fréquence de foulée, diminution en longueur de foulée et augmentation du temps d'appui,

- Un contact orteil-talon par rapport à la configuration talon-orteil,

- Une gamme de mouvements globalement réduite à l'articulation de la hanche (plus grande flexion et plus faible extension),

- Une augmentation de la gamme du mouvement fonctionnel actif à l'articulation du genou,

- Une élimination de flexion excentrique de l'articulation du genou et des stresses communs associés (l'articulation du genou expose une plus grande flexion à l'atterrissage suivi par une position presque isométrique/fixée pendant la phase de posture initiale),

- Une extension maximum du genou conjuguée avec la flexion de hanche (plus grande activation des muscles postérieurs avec flexion de la hanche),

- Un rôle inversé des structures musculaires supportant la hanche et les articulations du genou (l'articulation de la hanche produit principalement la puissance, tandis que l'articulation du genou absorbe principalement le choc),

- Des modifications de l'activité musculaire des membres inférieurs.

En complément aux différences biomécaniques :  

     Une augmentation des demandes physiologiques en marche et en course arrière a été décrite. Par exemple, Flynn, et al. (1994) ont indiqué que pendant la marche arrière, le VO2 et la fréquence cardiaque étaient respectivement 78 et 47% plus élevés qu'en marche avant à vitesse identique. Ces mêmes comparaisons variables étaient 31 et 15 % plus élevées en course arrière par rapport à la course avant. Ces données indiquent clairement que le déplacement arrière est plus stimulant pour le système cardiovasculaire que la course avant à la même vitesse.

Bienfaits dérivés :

     L'augmentation des demandes physiologiques sur le corps humain peut être considérée comme un bienfait pour l'athlète de haut niveau intéressé par les méthodes d'entraînement alternatif à son programme d'entraînement spécifique, ou pour l'athlète amateur ou l'individu intéressé à brûler plus de calories en un temps moindre.


     La variabilité pendant l'exercice pour l'athlète de haut niveau ou l'athlète amateur peut être un moyen de réduire les blessures éventuelles (Dufek 2002). Une telle « variabilité d'exercice » peut être accomplie en incorporant le déplacement arrière (marche ou course) dans un programme d'exercice classique de marche ou de course avant. Les différences cinématiques entre les directions de déplacements identifiées ci-dessus mènent à des applications de force légèrement différentes sur le corps. Ces légers changements d'application de force peuvent nous permettre d'éviter quelques blessures chroniques d'excès éprouvées par beaucoup d'athlètes et de passionnés d'exercice.

Les bienfaits de l'entraînement en déplacement arrière peuvent se résumer ainsi :

 - Procure un entraînement d'activité sportive/spécifique,

- Améliore la fonction cardiovasculaire,

- Procure une base musculo/squelettique plus solide,

- Améliore l'équilibre musculaire,

- Prévient les blessures,

- Facilite la fonction neuromusculaire,

- Facilite l'équilibre et la proprioception.


Dans le domaine de la Rééducation :

    Le déplacement arrière peut être bénéfique à la rééducation. La marche et/ou la course arrière pourrait procurer des bienfaits uniques à l'individu en rééducation d'une blessure, aussi bien qu'au passionné d'exercice qui est confronté aux inévitables effets de l'âge.

Quelques états qui ont été observés pour répondre positivement au déplacement arrière sont énoncés ci-dessous :

- Froissements musculaire comprenant le bas du dos, de la hanche, de l'aine et des muscles postérieurs ;

- Entorse de cheville ;

- Rééducation post chirurgicale de l'articulation du genou ;

- Syndrome de l'inflammation du tibia ;

- Froissement du tendon d'Achille ;

    La marche arrière, comme la marche avant, sont des activités dans lesquelles on maintient toujours un contact avec le sol (au contraire de la course, qui a une phase de décollage). Par conséquent, la force transmise au corps à l'impact est moindre en marche comparée au jogging ou à la course qui procure un point de départ pour une rééducation ou un programme traitant. A elle seule, la marche arrière peut être un bienfait si on souffre d'une blessure d'impact type comme un mal de genou, une fracture de fatigue, ou un problème similaire ou si on n'a pas pris part à un programme d'exercice actif récemment.

Résumé :

     Les différences biomécaniques, physiologiques et neuromusculaires décrites entre locomotion avant et arrière ont été examinées brièvement. Ces différences ont été commentées respectivement en vue de l'utilisation du déplacement arrière pour améliorer les régimes d'entraînement et améliorer/accroître les programmes de rééducation et de prévention des blessures.

Publié dans Entraînement

Commenter cet article

Omnisports 17/03/2009 10:46

Bonjour ! Actuellement en première année de Lea à L'université de schuman a aix en provence, je participe également à un projet de radio. J'ai crée une chronique qui s'intitule Omnisports, le but de celle ci est de faire découvrir des discipline méconnues dans le domaine sportif. Et je suis tombée sur votre blog par hasard, mais c'est une grande chance car je prépare un sujet sur le rétro running et j'aurais besoin de témoignages. Alors si vous êtes d'accord faites moi signe :clem_baude@hotmail.frEn espèrant que vous répondrez. Cordialement CLémentine, rubrique Omnisport, radiolab en collaboration avec radio grenouille.

Thierry 17/03/2009 23:07


Pour avoir plus de renseignements sur la marche ou course arrière, le mieux est de prendre contact avec Christian Grollé c.grolle@orange.fr
Merci pour avoir visité mon blog.


Christian Grollé 28/10/2008 22:37

Pour davantage d'information sur la course arrière visitez mon website : http://www.backward-running-backward.comVous découvrirez les principales courses internationales.Cordialement.  Christian Grollé.

grelots 27/09/2008 14:56

Je suis coureur (en marche avant).... mais bon pourquoi pas!!!JMPS: Bravo pour ton blog