Ostéo, Kiné, Chiro? 2/3

Publié le par Thierry

Le CHIROPRATICIEN, spécialiste du dos

    Contrairement au kinésithérapeute et à l'ostéopathe, le chiropraticien est spécialisé dans une zone bien spécifique du corps humain: la colonne vertébrale, elle-même étroitement liée à la moelle épinière, véritable "autoroute de l'information nerveuse". Un petit truc de travers au niveau des vertèbres et vous pouvez souffrir le martyr.

    Le docteur en chiropratique est là pour corriger ces perturbations par "des ajustements précis et indolores de la colonne vertébrale et d'autres articulations, précise l'Association française de chiropratique (AFC). Il s'attache donc à remonter à l'origine du mal qui, par une chaîne de compensations, s'exprime au fil du temps, à un endroit précis". On parle bien d' "ajustements" de la colonne vertébrale et non de "manipulations" en ce qui concerne la chiropratique.

 

Pour ce faire, le chiropraticien dispose de plusieurs cordes à son arc.

Parmi les techniques les plus utilisées :

 Le travail biomécanique : il s'agit de regarder l'équilibre de l'ensemble du corps, pour déceler les origines du problème.

 La palpation permet d'enquêter directement sur le système nerveux.

    Pour établir le diagnostic et déterminer les soins appropriés, le chiropraticien s'appuie également beaucoup sur les différents examens réalisés : radios, IRM, scanner...

Grâce à ces diverses techniques, le chiropraticien soulage dans un premier temps le patient. Puis il va travailler à régler la cause du problème, afin que la douleur disparaisse à long terme.

Soulager et réparer, du bébé au vieillard

    Si la chiropratique s'intéresse à une partie bien spécifique de notre anatomie, son champ de compétences n'en est pas moins étendu. Les pathologies provoquant des douleurs dorsales sont nombreuses. Et peuvent se développer à tous les âges.

Voici quelques exemples :

 La femme enceinte souffre souvent de douleurs lombaires liées à son poids qui augmente (surtout sur l'avant, qui plus est). Comme elle ne peut pas prendre d'anti-inflammatoires, la chiropratique peut représenter une bonne solution.


Le bébé peut avoir souffert du traumatisme de la naissance, notamment si l'on a eu besoin d'employer des forceps ou une ventouse pour l'aider à venir au monde. Il n'est pas rare qu'il ait par exemple un torticolis.

 Plus tard, l'enfant et l'ado qui portent un cartable de la moitié de leur poids ont souvent des problèmes de dos, à commencer par la traditionnelle scoliose.

 A l'âge adulte, les déplacements de vertèbres et autres réjouissances font partie des problèmes qui peuvent toucher les sportifs, de haut niveau ou du dimanche.

 Chez les seniors, ce sont souvent les douleurs liées à l'arthrose qui posent problème.

Pour chacun de ces cas de figures, c'est la douleur qui pousse à consulter. L'ennui, c'est qu'elle ne survient que lorsque le problème est déjà installé depuis un certain temps et s'est donc développé.



Conclusion: L'idéal serait de consulter le chiropraticien régulièrement, en prévention, afin de régler les déséquilibres avant qu'ils ne détraquent la machine.

Article tiré de "l'internaute magazine"

Commenter cet article