Historique de la marche athlétique

Publié le par Thierry

A ses origines, elle ne représentait qu’une fonction utilitaire sans souci de performances. C’est au début du 18ième que l’engouement pour la santé, a mis en avant les qualités bénéfiques de la marche de randonnée. Mais, il faut attendre le début du 19ième siècle pour qu’apparaisse la notion de compétition.

1912_Wikipedia_Athletics_men-s_10_kilometre_walk.jpg

En effet, c’est à cette époque que les défis organisés entre les hommes ont fait évoluer les mentalités vers un esprit de sport compétitif. La marche n’a alors pas échappé à cette évolution des mœurs.

Les 1ères compétitions se présentent sous la forme de liaison de ville à ville (ex Paris- Le Havre, Paris - Roubaix). Celles-ci ont donné les compétitions de grand fond, avec des épreuves allant de 220 à 500 km. La vitesse moyenne y était d’environ 4,720 km/h. On assiste alors à une recherche de vitesse surtout de la part des Anglais et des Américains. Ainsi, la marche de vitesse fait son entrée aux Jeux Olympiques de 1906 à Athènes avec un 1500 m et un 3000 m.

Cependant des problèmes de jugement mettent en péril l’avenir de cette discipline. En effet, à Amsterdam en 1928, aucune épreuve de marche n’est au programme. Heureusement, la mise en place du 50 km aux Jeux de Los Angeles en 1932 lui donne un nouveau souffle. Il faut cependant attendre 1964, lors des JO de Tokyo, pour  voir, la marche dirigée par une seule instance, la FFA.

En effet, cette discipline connaissait un conflit qui la partageait entre la FFA et l’UFM (Union Française de Marche). Depuis cette date, la marche est régie par le CNM (Comité National de Marche) au sein même de la FFA. Cette réunification est toujours de vigueur aujourd’hui.

Depuis cette date, l’activité est en constant progrès, avec des gains de temps de plus de 20’ sur le 50 km et de plus de 6’ sur  le 20, ainsi que l’apparition de la marche féminine dans les grandes compétitions internationales. (1ère participation féminine aux JO en 1992)

La démocratisation de la discipline a sans doute été un point clé dans l’intégration de la marche au sein même de la grande famille de l’athlétisme. En effet, la marche connaît un essor formidable lors de la saison 1993-94 où elle effectue son entrée au sein de la compétition la plus populaire dans la vie des clubs d’athlétisme, les Interclubs. 
Il n’a, en effet, pas fallut longtemps aux dirigeants pour se rendre compte de l’atout qu’on leur présentait. En effet, de nombreux clubs ont réalisé l’intérêt d’avoir de bons marcheurs pour rapporter un petit pactole pour leurs équipes. L’initiation à la marche a alors fait son entrée au sein des écoles d’athlétisme dans le but de former de futurs marcheurs. Cette initiative a permis de découvrir de nouveaux champions qui n’auraient peut-être pas trouvé leur vocation dans d’autres disciplines.

Article tiré du site web de Christine GUINAUDEAU, championne française de marche athlétique

 

Publié dans Divers

Commenter cet article