Les bienfaits de l'huile d'olive 2/2

Publié le par Thierry

visuel-huile-olive-555.jpg

Protège-t-elle réellement des risques cardio-vasculaires ?

On n'a de cesse d'entendre vantés les mérites de l'huile d'olive. Elle serait la meilleure des huiles et protègerait notre cœur... Qu'en est-il réellement?

    En fait, l'huile d'olive ne protège pas à elle seule des maladies cardio-vasculaires, mais participe à la bonne santé de l'organisme. Riche en oméga 9 mais pauvre en omégas 3 et 6, elle est par ailleurs riche en anti-oxydants, qui eux aussi ont des effets bénéfiques pour le système cardiovasculaire, en limitant le stress oxydant notamment.

    Oui à l'huile d'olive mais le plus important est de varier les huiles pour profiter de leurs bienfaits.

Le régime crétois

    De manière plus générale, un aliment ne peut, seul, se targuer de protéger des risques cardio-vasculaires ou de diminuer le mauvais cholestérol par exemple. Ce sont les habitudes alimentaires dans leur ensemble qui doivent être saines et équilibrées pour apporter à l'organisme tout ce dont il a besoin pour fonctionner et pour se protéger. De plus, seule, l'alimentation ne peut protéger des maladies cardio-vasculaires, il convient d'avoir une bonne hygiène de vie.

cretois.jpg    Par exemple, le fameux régime méditerranéen comprend, en plus de l'huile d'olive, un apport important en fruits et légumes, peu de graisses animales et du vin rouge, qui apporte des anti-oxydants.

Une huile riche en oméga 9

    Tout d'abord, comme tous les produits d'origine végétale, elle ne contient pas de cholestérol. Ensuite, elle est composée de différents acides gras, oméga 3, 6 et 9 notamment. Ces omégas font tous partie de la famille des acides gras insaturés (on retrouve les acides gras saturés dans les produits d'origine animale: viande, beurre, lait, etc.).
    Les oméga 3 et 6 appartiennent à la famille des acides gras poly-insaturés (également appelés acides gras essentiels car notre organisme est incapable de les fabriquer) tandis que les oméga 9, eux, appartiennent à celle des acides gras mono-insaturés.

 Oméga 3: il faut différencier les oméga 3 que l'on trouve dans les huiles végétales de ceux que l'on trouve dans le poisson par exemple. Beaucoup moins étudiés que ceux des poissons, les oméga 3 des huiles végétales sont tout de même reconnus comme bénéfiques en prévention des maladies coronariennes et de certains cancers. On en trouve en quantité élevée dans l'huile de colza et de noix par exemple. L'huile d'olive n'en contient que très peu. L'apport journalier conseillé est de 120mg chez l'homme et 100mg chez la femme.

 Oméga 6: c'est l'acide gras essentiel le plus présent dans les produits végétaux. Il est particulièrement efficace contre la polyarthrite rhumatoïde mais pas plus que cela pour les maladies cardio-vasculaires. Là encore, l'huile d'olive n'en contient pas énormément. Tant mieux puisque l'alimentation en fournit déjà beaucoup, presque plus qu'il n'en faut d'ailleurs. L'apport journalier conseillé est de 11gr chez l'homme et 8,5gr chez la femme.

    "Dans l'idéal, il faut avoir dans son alimentation un rapport équilibré entre les omégas 3 et 6 qui doit être de l'ordre de 5'', précise le Pr Guy-Grand. Les Français ont tendance à consommer beaucoup plus d'oméga 6 que 3, environ 15 fois plus !

    Par ailleurs, comme l'organisme ne peut pas synthétiser ces 2 types d'acides, il est nécessaire que l'alimentation les lui fournisse.

 Oméga 9: s'il peut être synthétisé à partir d'acides gras saturés, il est néanmoins essentiel d'en consommer d'origine végétale. L'acide oléique, autre appellation des oméga 9, contribue à la diminution du risque cardio-vasculaire, notamment en diminuant le taux sanguin de mauvais cholestérol et en augmentant celui de bon cholestérol. Idéalement, l'homme devrait pouvoir en consommer 30gr par jour et la femme 25.

Et les mélanges d'huile?

quelle-huile-choisir.jpg    Depuis quelques années maintenant, les rayons de supermarché ont vu fleurir pléthore de mélanges d'huiles censés être optimaux pour notre organisme avec tous les acides gras essentiels.

Que faut-il en penser: opération marketing ou réel bénéfice?

    Le professeur Guy-Grand répond: "les huiles de type isio 4 et consorts sont effectivement bien dans la mesure où elles sont riches de plusieurs types d'acides gras. Mais on obtient le même résultat en variant de soi-même les huiles."

    Enfin, il faut ajouter qu'en plus de varier les huiles, il est également important de savoir varier les sources de graisse, notamment entre les animales et les végétales. Par exemple, pourquoi ne pas cuisiner au beurre et à la crème fraîche de temps en temps? De plus, si on veut limiter son apport en graisses, mieux vaut apprendre à utiliser des jus de légumes ou de viandes pour donner de la saveur aux plats, sans rajouter de calories.

Merci à l'Internaute Magazine.

Publié dans Diététique

Commenter cet article