Mon 1er marathon international.

Publié le par Marylène Thouraine

Marylene-marathon.JPG

     Après les Océania de Tauranga en 2012, Les Opossums décident de courir un marathon à l'étranger. La destination de Sydney prévue le 22 septembre 2013 est arrêtée, en fonction des objectifs de chacun et 5 d'entre nous se positionnent pour le marathon : Jean-Louis Lignon, Françoise Tio (ce sera une première pour notre V2), Yann Marty, Marie Dubach et moi-même alors que le couple Courtot, Brigitte et Alain se préparent pour le semi et enfin Ludovic Tio qui rentre de convalescence, s'alignera sur Le Bridge run (9km).

Opossums.JPG

     L'entraînement spécifique préparé par nos entraîneurs diplômés depuis novembre 2012, s'effectue sans problèmes. J'ai moi même un élève sur le marathon et un sur le bridge run...Nous effectuons beaucoup de côtes car le parcours sur Sydney n'est pas vraiment plat...

     Départ pour l’Austalie  vendredi 20: Tout est prêt dans les valises: les gourdes d'oro vides (gentiment bues par enfants, patients, etc.), le glucose, la balance de ménage, l'entonnoir, le presse citron, le scotch,  les étiquettes. Rien n'est laissé au hasard.

     Le samedi après 2h de travail à préparer nos gourdes, départ pour Town Hall déposer nos ravitaillements. Et là ...surprise, surprise… trop tard, on a dépassé la limite horaire. Mon ventre tourne tout seul sur lui même à l'idée de ne pas avoir ma potion magique sur le parcours. Il faut rapidement trouver une solution de rechange. Ouf, sur le site, ils vendent des gommes et rapidement nous calculons comment on peut ingurgiter une potion  dosée à 30/35g par litre. Dégustation  et calculs rapides sur le champ nous rassurent : une gomme toutes les 20’ avec 150 ml d'eau, devrait faire l'affaire. Oui mais il faut les transporter ces gommes et la poche de ma ceinture est trop petite. Au diable les solutions éprouvées il faut s’adapter. Je m'achète une ceinture sur le champ. J'ai une grosse pensée pour Jeannot... « Ne pas innover le jour J. Oui mais là tu fais comment, Jean ? »

     Allez c'est maintenant parti pour 42195m. Je suis seule car mes compagnons courent en duo : Yann et Marie puis Jean Loup et Françoise. Le départ est euphorique : les athlètes et  le public crient. Une vraie cacophonie pour franchir le Harbour Bridge. Je m'amuse à regarder les gens : les tenues, les allures, les groupes etc. Je me sens très bien mais j'essaie de rester dans mon rythme. Après la traversée de la ville et la montée de Oxford Street nous entrons dans Centennal  parc ou de dédales en dédales nous ressortons presque au 30ème km. Il y a assurément moins de cris dans le peloton et on commence à voir beaucoup de marcheurs. Les gommes semblent fonctionner, je suis dans les temps avec une petite avance, j'ai les jambes, le moral, mais je sais qu’au 35/36ème il y a encore une côte... Allez descente sur Hyde Parc, puis Circular Quay  où l'on aperçoit  ceux qui terminent.

     Au 35ème je croise Yann et Marie puis plus loin Jean Loup et Françoise. Je lis sur le visage de mon chéri qui est aussi mon entraîneur, la satisfaction de me voir ici en forme. Les prochains km sont assurément les plus difficiles avec une côte redoutable. Là les organismes sont fatigués les gens marchent, souffrent. Je tiens mon allure, mon chrono prévu à 4h 54 me laisse espérer mieux et là après la descente vers l'opéra, je me sens euphorique, d'autant plus que le public est présent, chaleureux, enthousiaste. Je sprinte même sur les derniers 500 m et  franchis la ligne en 4h48'27. Mieux que prévu et surtout plus de 20’ de mieux qu'à Nouméa, il y a 2 ans.

     Je rejoins mes amis : Françoise pour son 1er marathon se sent super bien, elle a fait le temps prévu, mon chéri malgré toute son énergie pour voir mon arrivée ne m'a pas vu passer (trop rapide ...). Yann est assez éprouvé car les gommes n'ont pas été une réussite pour lui, mais Marie est très contente. Brigitte est enchantée par sa course  elle aussi (elle prépare le marathon de Montpellier). Son mari a pris le départ du semi et fait  juste la traversée du pont (tendinite), pour marquer leur anniversaire de mariage et mon poulain bien que freiné par la foule, réalise un bon temps apres 1 an et demi d’absence sur le circuit.

     Inutile de vous dire que le soir ce fut fiesta dans les pubs des rocks puis un bon steak frites pour le plaisir.

     Et pour clôturer le tout Jean Loup se place 5/17 dans sa catégorie et moi 6/15 dans la mienne.

     C'est un marathon que je conseille pour l'ambiance, le site, l’organisation. On est vraiment porté par le public.

Publié dans Chronique de course

Commenter cet article

Berthet 04/10/2013 16:47


Félicitations Marylène ! Ce sont les personnes comme toi qui me donnent le courage de poursuivre les formations Hors Stade .


Jean


 


 


 


 

marie-jo 04/10/2013 08:46


Bravo Marylène pour ce super marathon avec un nouveau record personnel à la clé. Double victoire pour toi en tant qu'athlète et entraîneur. Ton compte-rendu est génial. Bises

chipeaux josiane 01/10/2013 11:12


un grand bravo à tous et ce recit donne vraiment envie de prendre exemple .pour Brigitte , bonne chance pour son nouvel objectif .


au grand plaisir de vous revoir , bonne recuperation .


josy

pascale 30/09/2013 22:20


 Super les Opposums . Marylaine , tu es un modéle pour moi ! Et merci pour ce récit qui nous a permis de vivre ton marathon avec les copains .  

sYLVIE 30/09/2013 13:50


Un récit de course aussi bien mené que la course elle-même ! Bravo les Oppossums !