Nos athlètes au Vanuatu

Publié le par Sylvie BRAEM

Sylvie Braem nous raconte son 10km:

Team-New-caledonia.JPG

    Le jour J arrive enfin. Après cette semaine de vacances bien remplie, détendue et conviviale avec le groupe ASPTT, (Marie-Jo, Jean, Karen, Brigitte, Alain, Lynda, Patrick, Eric et Martine) mais deux nuits blanches (et je ne suis pas la seule!) en raison des festivités organisées pour les 30 ans de l'Indépendance – ils sont fous ces Vanuatais ! Ils dansent jusque 6h du matin, heure à laquelle le jour est levé et les crincrins s'arrêtent enfin) m'ont achevé !

     Sans compter le gros stress d'avant course ! Mon dernier 10 km remonte à... 2008 ? Pas d'enjeu, certes, mais j'aimerais pour une fois, améliorer mon temps sur cette distance!

     L'entraînement semblait avoir porté ses fruits jusqu'à la dernière quinzaine, pas terrible. Marie-Jo me rassure : le profil de course ne laisse pas présager d'exploit . Au moins nous sommes prévenus !

Profile.jpg    Le départ du semi est prévu à 15h, le 10 dans la foulée. Nous arrivons vers 14h au stade Korman presque désert, sous un crachin qui ne cessera pratiquement pas, mais le vent se chargera de nous sécher! Le trajet a commencé sous les meilleurs hospices : en effet, le mini-bus collectif que nous prenons est aux couleurs de l'ASPTT!

    Nous prenons nos dossards après les présentations: l'organisateur, Pascal Guillet, nous remercie de notre venue. Nous nous préparons tranquillement, alors que le stade se remplit lentement. Les collègues de l'AC Païta nous rejoignent bientôt, piste et tribune s'égayent et se colorent au rythme de l'arrivée des athlètes qui attendent leur tour ou s'échauffent déjà.

   De nombreux jeunes vanuatais sont présents, inscrits notamment sur le 10km. Le moment de l'échauffement arrive bientôt et le spectacle des athlètes qui courent dans tous les sens donne l'impression, vu des tribunes, d'une grande pagaille multicolore ! 

Vanuatu Juillet 2010 111  Le départ du semi, sur lequel s'élancent Marie-Jo, Brigitte et Alain, est donné, nous laissant encore quelques minutes de répit... ou de stress, en ce qui me concerne.

    Une bonne nouvelle m'a cependant ragaillardie : Eric Mielle a décidé in extremis et sur un coup de tête, de prendre le départ à une allure proche de la mienne, avec seulement un petit sandwich dans le ventre et un entraînement qui ne le prépare pas à ce type de course. De la folie ? Oui, certainement, mais moi qui déteste courir seule, je suis plutôt ravie !Vanuatu Juillet 2010 118    Notre heure arrive enfin : nous partons côte à côte sans trop nous mêler aux bombes de tête, pour faire un petit tour de piste et régler notre allure. J'ai quelques difficultés à la réguler et à trouver mon souffle. Je suis les conseils de Marie-Jo, à savoir gérer à petite vitesse les deux premiers km, avant d'attaquer à l'allure 10, sachant aussi que c'est aussi à partir du km 2 que les hostilités commencent !

    En effet, après un départ en pente douce, le point 2 ouvre la première montée (la Garmin m'indiquera après la course, une pente à 7 % au km 3 et à 22 % au 4ème, certifié Forerunner !) et le vent qui souffle en continu n'arrange pas les choses!

PVI_9267.JPG    Le temps au km 2 me semble très optimiste et ne correspond pas à notre allure moyenne! Le point 2 s'avère mal placé ! Eric me conseille bientôt de ne pas l'attendre, dès ce 2ème km et me voilà déjà, seule, damned, mais pas pour longtemps! En effet, un jeune décide de me tenir compagnie jusqu'au 5ème, m'abandonnant lâchement dans la remontée du 5ème au 6ème, après m'avoir filé le train et gêné dans tous les dépassements. Mais ce n'est que partie remise, car je vais le retrouver et le laisser derrière moi au 8ème!

     En attendant, pas question de mollir, du 3ème au 5ème, des montagnes russes nous cassent les pattes, tout ce qu'il ne faut pas pour attaquer la pente du point 4 au 5 (17% garantis technologie Garmin, car nous avons déjà pris de la hauteur)!

     Le public est clairsemé et peu nombreux, mais chaleureux : les «Brave madame» et les encouragements se font entendre tout au long du parcours et réconfortent : je tente de remercier d'un sourire pathétique! J'essaie, tant bien que mal, non pas d'admirer le paysage, mais de regarder quand même les abords de la route d'Erakor, le long de laquelle se trouvent habitations, jardins et brousse mais sans vraiment en profiter, la descente en roue libre vers le point 5 ne m'autorise pas à surveiller autre chose que le coaltar et mes pieds !

     Au pointage du 5ème kilomètre, Karen, qui prend les photos, m'annonce que je suis la première femme ! Incroyable, voilà qui me redonne du cœur à l'ouvrage avant d'attaquer cette remontée infernale !

    Il est temps d'en finir. Nous redescendons illico vers le 6ème et jusque là , je n'ai hélas, jamais respecté l'allure moyenne qui aurait dû être la mienne. Adieu record (personnel, j'entends) : vraisemblablement mon plus mauvais temps. Il m'est impossible de profiter à fond de la descente, je modère mon allure car nous allons nous amuser de nouveau et j'ai peur de caler en chemin : montée, descente, montée, fausse joie et re-montée, les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures, c'est bien connu et nous voilà aux abords du 7,5 embarqués dans la descente qui devrait faire la différence.

    J'aperçois le rond-point de départ et les applaudissements me laissent à penser que le salut n'est plus très loin. J'essaie d'accélérer un peu mais mes jambes refusent catégoriquement ce dernier effort et la découverte du dernier tour de stade à faire, m'achève (la disposition de la banderole «Arrivée» me donnait à croire que nous finissions en ligne droite)!

     Enfin le finish : «my english is not perfect» mais je comprends parfaitement le speaker qui «m'annonce» comme étant la 1ère femme, ce que me confirment Karen et Martine ! Mon temps est mauvais (49'43) mais ma déception est tempérée par cette première place ! C'est la seule fois de ma vie où cela peut m'arriver ! Sauf qu'au podium, je ne suis plus que deuxième, à 30'' derrière la 1ère ! Courte déception, vite oubliée : ce n'est qu'une course !

    Le jeune athlète de l'AC Païta, Grégory Canaldo, 2ème sur le 10, s'est effondré, malheureusement pris d'un malaise, 300 m avant l'arrivée.

    Je suis vite rejointe par Eric Mielle, classé deuxième V2. Suivent enfin Patrick et Lynda.

    De délicieux pamplemousses et même une petite bière locale bien méritée nous attendent au ravitaillement d'après course, permettant de patienter avant le massage bienvenu, où se bousculent, chanceux, les premiers arrivés !

Vanuatu-Juillet-2010-098.JPG    La bonne humeur règne et bientôt les participants du semi passent à leur tour la ligne d'arrivée. Brigitte occupe la 1ère marche du podium féminin, Marie-Jo la 2ème, les deux encadrant Alain classé 14ème au général!

    Tous les avis concordent et confirment la difficulté de ce parcours atypique. Fun race ! Tu parles ! Nous ne partageons pas tous la même définition de l'humour !

    La remise des prix – le diplôme en bichlamar et la médaille des 30 ans d'indépendance, «Maturity», méritaient bien cet effort - se fait en musique, des mamans vanuataises jouant de ces instruments locaux dont le moins curieux n'est pas cette étrange basse à une corde qui ressemble à un arc.

    Un grand feu, de bon augure, brûle depuis l'après-midi sur la pelouse du stade, nous laissant espérer un festin ! Pourtant la pluie qui ne cesse de tomber et l'absence d'abri pour prendre le repas, nous inquiètent ! Mais la ruée subite vers l'un des barnums pris d'assaut nous signale, un peu tardivement, cela nous apprendra à douter des organisateurs, que nous nous sommes trompés! Les dames bénévoles ont préparé toulouks, cochons grillés, bougna, manioc et la rupture du stock d'assiettes ne découragent pas les affamés : les derniers repas seront servis dans des feuilles de bananiers, mais il faut jouer des coudes pour se régaler! Tout le monde n'aura pas cette chance !

Vanuatu-Juillet-2010-178.JPG    Le lendemain matin est organisée une sortie kayak sur la Rentabao river : 3H de pagaie et de baignade en guise de récup', dans un cadre magnifique !

   Tourisme, sport, convivialité: une excellente semaine, qui m'a permis, en outre, de faire enfin connaissance de certains de mes coéquipiers de club !

A suivre...

Publié dans Résultats

Commenter cet article

lynda william 11/08/2010 10:21



bravo Sylvie , tu m'as replongé dans cette course.


j'aime la photo sur les gradins quelqu'un peut-il me l'envoyer


merci



Marie-Jo 10/08/2010 12:23



Bravo Sylvie, tu es une excellente narratrice et ne t'inquiètes pas, ton record personnel sur 10 km est pour bientôt. Karen se joint à moi et à Jean pour te dire que nous avons  tous les 3
bien apprécié   ta compagnie. A bientôt de nouvelles aventures dans un duo " Tourisme et  Sport ".